Les races

S'inscrire à la newsletter


Le cheval de Trait Comtois

Histoire

Dès l'époque romaine on commence à écrire sur ce petit cheval rustique et de bon caractère des montagnes de Franche-Comté. Cheval guerrier, Louis XIV puis Napoléon 1er l'adoptent aussi bien pour leur cavalerie que pour tirer artillerie et carrosses. En 1910, le premier concours d'élevage a lieu à Matche (Doubs), et en 1919, le Syndicat du cheval Comtois et le stud-book de la race sont créés. Cheval d'orgueil, il retrouve sa place dans les campagnes franc-comtoises en tant que compagnon de labeur quotidien de nombreux paysans. Depuis lors, le Comtois est toujours présent.

Le berceau de la race se situe sur le plateau de Maîche (Doubs) au coeur des massifs jurassiens entre les forêts de sapins, les prés et les villages traditionnels franc-comtois. Cette zone au relief prononcé et au climat rigoureux a façonné ce cheval rustique, résistant et puissant dont l'élevage s'est progressivement étendu à toute la région Franche-Comté.

Aujourd'hui, on trouve des élevages en Alsace, en Bourgogne, dans le Massif Central, les Pyrénées et les Alpes, en Espagne, en Belgique, en Hollande et en Allemagne.

Standard

Issu d'une sélection rigoureuse, façonné dans un environnement naturel difficile, le cheval de trait comtois a hérité d'une endurance remarquable, d'une grande rusticité, de la puissance du cheval de trait, de l'élégance du demi-sang.

Taille: 1.50 à 165m. Poids: 650 à 800kg. Tête expressive et carrée avec l'oeil vif, de petites oreilles bien plantées et très mobiles. Avant-main puissante. Encolure droite et musclée. Epaule longue, inclinée et large. Garrot bien sorti. Poitrail large. Poitrine profonde. Corps compact. Côte arrondie, sans excès. Dos droit et reins courts, bien attachés. Croupe large avec cuisse bien descendue. Membres secs et bien trempés, avec des articulations fortes, tendons et jarrets nets, sans tare: et de bons aplombs. Robe caractéristique*, le plus souvent alezan foncé ou cuivré, crins lavés [soit couleur acajou avec des crins blonds], Robe baie, rare mais acceptée, balzane et liste en tête à éviter; frison clair couvrant les tendons apprécié.

Sa robe n'a pas toujours été alezane, jusqu'après la 2nd guerre mondiale, il avait la robe baie. C'est avec Questeur, remarquable étalon alezan, que la tendance s'est inversée et que te standard alezan s'est imposé. Très souvent les robes dites alezans comtois dont les extrémités sont foncées, sont en réalité des bais porteurs du gène crins lavés.

Quelques chiffres

C'est aujourd'hui la première race de cheval de trait en France, avec plus de 3 6oo élevages et environ 850 étalons (13000 saillies chaque année).

Src : Sabot N°13 page 43