Fil de lecture :

Les races

S'inscrire à la newsletter


Le labour

Le saviez-vous ?

Il existe encore en Europe et aux Etats-Unis des fermes qui travaillent en traction animale ! Sur environ 1,3 milliards d’agriculteurs au monde (Source FAO - 1998) :

  • Près de 30 millions bénéficient du trio mécanisation / intrants synthétiques / irrigation,
  • 430 millions utilisent la traction animale et la fertilisation animale, peu l’irrigation,
  • Le milliard restant travaille manuellement de diverses manières (grattage, bâton à fouir… = travail humain)

Le labour en traction animale a donc une importante marge de progression ! Elle représente souvent une phase de transition entre travail humain et motorisation.


Le labour en traction animale : signe de modernité

  • La préoccupation des temps modernes est le respect de l’environnement : moins polluant, plus respectueux des sols et plus rentable pour les petites surfaces, le cheval devient l’outil le plus moderne qui soit !
  • Particulièrement bien adapté au travail de la vigne ou des cultures maraîchères (champs de petite superficie, inter-rangs étroits)
  • Dans les pays africains : le cheval est moins cher à l’achat et à l’entretien que le tracteur, il est plus rentable sur les faibles surfaces et il est un progrès face au travail des hommes, des femmes et même des enfants la plupart du temps !

Quelques chiffres

Surfaces labourées :

  • En France : 12,5 millions ha
  • En Europe des 25 : 97 millions ha
  • Dans le monde : 1,4 milliards ha

Des pourcentages de surfaces labourées en traction animale faibles mais non nuls dans les pays industrialisés et pouvant dépasser les 25 % en Afrique.

Une paire de chevaux laboure environ 50 ares par jour avec une charrue à un seul soc.